Athletisme

Kamssouloum Abba Kabir, promoteur du Mink : « Le Mink sera désormais un rendez-vous sportif prisé par les meilleurs athlètes…»

Promoteur du semi-marathon international Ndjamena Kousserie, l’honorable Kamssouloum Abba Kabir s’est confié à notre reporter à l’issue de la deuxième édition de cette compétition qui s’est déroulée le 7 septembre 2019.

Honorable, quels sentiments vous animent après cette deuxième du Mink ?

Je suis satisfait de la manière dont les choses se sont déroulées, nous avons voulu que la deuxième édition soit une grande compétition, qu’elle réponde aux normes internationales et effectivement notre ambition a été atteint sinon dépassé. Nous sommes aussi satisfaits parce que tous les experts de la confédération africaine d’athlétisme, les experts des fédérations tchadienne et camerounaise d’athlétisme sont venus pour s’assurer que les choses se passent dans les règles de l’art et je pense que désormais le Mink sera inscrit dans le calendrier des grands rendez-vous sportif mondiaux. Je suis aussi satisfait parce que les populations tchadienne et camerounaise, ensemble nous avons œuvré pour que nos deux villes soient connues à travers le monde en matière d’athlétisme. Nous sommes convaincus que le rendez-vous du Mink sera un rendez-vous recherché et nous ne permettrons plus à n’importe qui de venir. Nous allons être plus sélectif parce que nous voulons que ce rendez-vous soit celui des meilleurs et nous demandons aux athlètes tchadiens et camerounais, particulièrement ceux de Ndjamena et de Kousseri, de s’entrainer très dur pour pouvoir désormais faire face à la concurrence internationale qui va être très rude comme ce fut le cas cette année avec la présence des athlètes kenyans, nigérians, français ainsi que les athlètes des Forces Armées et Police du Camerounais.

Quelle était l’innovation majeure de cette deuxième édition ?

La distance était l’innovation majeure de cette seconde édition du marathon international Ndjamena Kousseri. Il faut reconnaitre que la première édition du Mink sur 10 kilomètres était un galop d’essai, aujourd’hui nous avons un semi-marathon de 21 kilomètres, cela veut dire que nous sommes passés de l’exhibition à une compétition homologuée avec des records qui seront enregistrés et publiés partout dans le monde.

Lire Aussi:

MINK 2019 : Les Kenyans Rotich Lucas et Nelly Jepkurui s’imposent au marathon international N’djamena-Kousserie

Plus de 300 athlètes au départ du semi-marathon Ndjamena Kousserie

Comment appréciez-vous l’implication de la confédération africaine d’athlétisme ?

Je remercie la confédération car c’est elle qui nous a donné cette visibilité internationale parce que dès la première minute lorsque nous avons présenté le projet au Colonel Ahmad Kalkaba Malboum qui est le président de la confédération africaine d’athlétisme, il nous a dit qu’il est partant pour l’aventure même s’il n’allait pas pouvoir assister personnellement car a-t-il dit, je fais confiance aux techniciens tchadiens et camerounais pour mettre aux normes le marathon international Ndjamena Kousseri et il n’a pas eu tort puisque c’est ce qui a été fait avec professionnalisme grâce à ces techniciens mais également à l’implication des élites tchadiennes et camerounaise.

Propos recueillis par Ebah Essongue Shabba (envoyé spécial à Kousseri)

 

Commentaires Facebook

0 commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer