Basketball

Simon Pierre Mbey: “Nous comptons former les jeunes pour des competitions internationales”

Que pouvez-vous déjà nous dire sur l’ambiance qui prévaut au sein de votre école ?

Je dirai tout d’abord que tout a bel et bien commencé ; on n’a même l’impression que les enfants étaient en manque de basket, tellement ils sont enthousiastes (rire). Ça fait plaisir de voir que ce qu’ils font leur plait beaucoup, et là ça devient plus facile pour nous de leur enseigner la discipline, et de mettre mieux en valeur leur qualité.

Où en est la ligue régionale du Centre, relativement aux débuts des activités de basketball en ce moment ?


Ecoutez, c’est un peu compliqué de m’exprimer sur la ligue, en ce sens qu’aujourd’hui elle peut très bien vous communiquer un programme sur le début des championnats en Novembre, et par la suite elle vous dira que c’est plutôt en début Décembre, puis en début Janvier ; bref, c’est toujours aussi compliqué, mais bon on attendra.

Selon vous, qu’est-ce qui serait à l’origine d’un tel désordre ?

Je dirais pour ma part que ce problème est dû à la mauvaise organisation, parce que quand bien même il y a les moyens financiers et qu’une bonne organisation ne suit pas, tout va de travers. Personnellement, les petites informations que je tiens de la ligue font état de la disposition de la ligue à faire évoluer les choses, le souci viendrait plutôt de la fédération. La ligue elle, serait même prête, puisque nous venons de faire Festi Noël et lui avions envoyé toutes nos équipes. Elle assiste d’ailleurs à nos tournois des U10 et U12, le président de la Ligue m’a dit être prêt pour sa part. Le blocage vient de la fédération.

A vous entendre, vos équipes seraient elles aussi prêtes pour d’éventuelles compétitions…

Bien sûr, nous le sommes ; nous livrons des matches amicaux pratiquement tous les weekends. Vous savez, on a cessé nos activités pour les congés de Noël au niveau de l’école, mais nos équipes sont restées actives de telle sorte que s’il arrive que le championnat débute même en janvier, nous ne soyons pas surpris.

Un regret sans doute, sur la situation du basketball au Cameroun ?

Le manque de terrain surtout, c’est le plus grand souci pour nous. Sinon, nous faisons de notre mieux à l’Onyx ; nous avons des partenariats avec des grands camps de basket en France qui nous fournissent de la documentation, d’ailleurs notre Directeur Technique Louis Tsoungui détient toute une documentation d’au moins 400 pages sur toutes les sections de formation des jeunes.

Quels sont vos objectifs cette année (2014) ?

Cette année, les objectifs sont d’abord d’améliorer nos conditions, de monter à un grade en plus avec notre équipe dames, des ambitions sous-régionales si vous voulez. Nous préparons le Tournoi Humanitaire pour les congés de Pâques. Nous en profiterons pour distribuer des médicaments dans des localités les plus éloignées du pays (Nord, Extrême-nord et Sud). Nous comptons également désormais former les jeunes pour des compétitions internationales. Nous rappelons que notre but ne se limite pas qu’à la formation des jeunes à la pratique du basketball, mais aussi aux études Voilà pourquoi nous les octroyons des bourses notamment pour de grandes écoles aux Etats-Unis.

Commentaires Facebook

0 commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page