Nouhou Moussa, directeur sportif Coton Sport : « Nous ne voulons pas des play-offs qui nous handicapent et pénalisent nos supporters…» - CamerounSports
FootballMTN Elite One

Nouhou Moussa, directeur sportif Coton Sport : « Nous ne voulons pas des play-offs qui nous handicapent et pénalisent nos supporters…»

A l’issue de son conseil d’administration ordinaire la LFC a arrêté 7 grandes résolutions concernant la reprise du championnat et la formule consacrée. Quel commentaire faite vous de ses résolutions ?

Ce conseil d’administration s’est tenu à la hâte le 28 juin dernier et vous constaterez que des ténors comme le président Faustin Domkeu et ou encore Monsieur Ndogmo ont émis des réserves et n’ont pas validé ces résolutions, ce qui prouve à souhait qu’il n’était pas indiqué et que certaines des résolutions prises n’avaient pas leur place. En plus, un conseil d’administration où des personnes qui n’en font plus partie, prennent part, signifie qu’on voudrait arriver à un résultat ou à des résolutions orientées. Le seul représentant du Septentrion faisant parti de ce conseil, n’y a même pas pris part. Le championnat devrait débuter en septembre et finir en mai, soit 09 mois. Quelle urgence à priver les supporteurs et les sponsors locaux du spectacle de leur équipe ? Pourquoi priver les villes hôtes des retombées des matches à domicile ?

L’une des résolutions concerne l’organisation des play-offs et Coton Sport semble ne pas être d’accord avec cette résolution. Pourquoi ?


Coton Sport de Garoua ne saurait être solidaire d’une décision qui l’handicape et prive ses supporters locaux de son spectacle et même son sponsor premier la MAS, de vivre les matches dans son fief. En plus, même s’il n’y a pas un calendrier caché, pourquoi ce Conseil n’a pas pris le soin de mettre sur la table dès ce moment le règlement des play-offs ? On a joué la saison qui vient de s’achever avec un règlement qui a fait l’objet de nombreuses critiques portée à leur attention. Pourquoi le règlement des play-offs n’est pas été mis à jour? Avant de s’engager, on devrait savoir où on va et si nos moyens suffisent. La saison dernière, c’est en route pour Yaoundé que nous avions su que nous jouerions le championnat les dimanches et les mercredis la coupe. Pensez-vous que cela soit professionnel ? Aujourd’hui, dans tout le Septentrion, il n’y a plus que Coton Sport au sein de l’élite, aucune équipe en MTN elite 2. Tout le monde est découragé. Le sport devrait être un facteur d’intégration national et non, de favoritisme et de division.

Pensez-vous qu’il puisse avoir un agenda caché derrière et qui viserait à mettre en difficulté certains clubs notamment Coton Sport?

Qu’il y est ou pas d’agenda caché, il n’en demeure pas moins qu’il n’y a pas équité dans les prises de décision et les résolutions de ce Conseil d’administration. L’intervention d’un responsable de UMS de Loum dans le forum de la LPFC va dans la même sens que ce nous disons. Bien que champion 2019, UMS se désolidarise aussi de la formule Play off car les spectateurs et les supporteurs sont sacrifiés. Huit matchs à domicile sont insignifiants pour le développement de notre football même en termes de sponsoring. Le nombre de spectateur au play-off ne peut pas être supérieur au nombre de spectateur en jouant à 18, c’est impossible. Par ailleurs si les play-offs c’est pour jouer à Yaoundé c’est comme si on favorisait les clubs de Yaoundé.   Le championnat national, devrait regrouper toutes  les 10 régions du pays si possible. On ne doit pas toujours prendre des décisions en faveur des uns et en défaveur des autres.

Cette décision de la LFC ne prive-t-elle finalement les supporters de l’arrière-pays des matchs de leur équipe  au profit de la seule ville de Yaoundé ?

Il est clair que si les play-offs se jouent dans une seule ville, l’équipe locale tire profit des supporters, des charges et s’organise mieux. Par exemple aux derniers play-offs, c’est chaque équipe qui devait chercher un terrain d’entraînement et à ses frais en plus. Les organisateurs n’y ont même pas pensé et même ensuite, n’ont pas cherché à résoudre ce problème. Qu’on dise que les play-offs aussi se jouent en aller et retour et que chaque équipe reçoit chez soit sur un type de stade approprié on comprendrait. Mais, vouloir sortir le règlement des play-offs quand le championnat aura débuté, il y a anguille sous roche.

Que préconisez-vous donc en tant dirigeant et qui serait mieux pour le football camerounais?

Pour que le football camerounais soit vraiment représentatif au niveau des clubs à l’international, il faudra un bon et long championnat car La CAF et la FIFA demandent de jouer au minimum 54 matches. Permettre à beaucoup des sponsors d’aider les clubs à travers une bonne transparence dans la gestion des instances dirigeantes. Les infrastructures commencent déjà à voir le jour. Le niveau technique et tactique des clubs qui en bénéficient se fait déjà sentir. Nous devons bannir les play-offs sinon nous risquons d’avoir un championnat régional et non national.  Il est temps qu’on ne réduise pas le Cameroun à Yaoundé ou Douala seulement en domaine du sport.

Comment Coton Sport s’organise-t-il pour la nouvelle saison qui démarrage en septembre et quelles sont les grandes innovations en vue?

Coton Sport vient de tenir sa réunion bilan convoquée par son président du bureau exécutif, Sadou Fernand. Il ressort de cette réunion que nous avons vécu une année difficile, nous avons terminé deuxième à un point du premier. Nous savons qu’elles frustrations nous avons vécus lors des matches contre APEJES et Dragon à Yaoundé. Même si au lendemain, on a suspendu les arbitres desdits matches, le mal était déjà fait. C’est l’une des raisons qui nous empêche d’accepter les play-offs. Il y a des joueurs qui ont été licenciés et nous nous attelons à un recrutement digne des objectifs à nous assigné. Mais, la priorité sera de donner une chance à nos jeunes joueurs locaux qui ont brillé vaillamment lors des jeux Fenassco A et B et des Dixiades. Depuis un bon bout de temps, le Septentrion s’est beaucoup illustré en remportant tous les trophées en football pendant ces compétitions. Ces jeunes, sont laissés à eux-mêmes et n’ont pas d’autres possibilités d’exprimer leur savoir-faire après ses compétitions. L’accent sera donc mis sur eux pour la formation et l’intégration dans l’équipe Coton Sport.

Entretien mené par Ebah Essongue Shabba

Commentaires Facebook

0 commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer