AfriqueFootball

Dons de Samuel Eto’o aux footballeurs : « on n’aide pas un joueur avec trois kilos de riz », dixit le manager d’un club !

La Fécafoot aurait dû conseiller Samuel Eto’o qu’il puisse soutenir financièrement les joueurs selon le manager général de Cask FC de Bafoussam.

La Fédération camerounaise de football (Fécafoot) a entamé mardi 5 mai 2020, la distribution des dons reçus de Samuel Eto’o, au profit des joueurs évoluant dans les championnats professionnels et amateurs du Cameroun. Si le geste du « Pichichi », est salué, la nature des dons suscite des moqueries : ces dons sont en effet constitués de 5 Kg de riz, d’un litre d’huile raffinée. De quelques bouteilles d’eau bon marché, du concentré de tomate et de deux cache-nez.

« A propos des dons de Samuel Eto’o, je dirai que la Fécafoot a foutu le bordel. Eto’o a joué au football et sait de quoi ont besoin des joueurs. Les joueurs n’ont pas besoin du riz en cette période. La Fécafoot aurait dû conseiller ceux qui sont autour de Samuel Eto’o qu’il puisse aussi soutenir financièrement les joueurs ». A déclaré Achille Biakan, manager général de Cask FC de Bafoussam dans une interview accordée à nos confrères de www.giga-foot.com relayée par Actucameroun.com.

Pour l’encadreur de football, l’appui apporté aux joueurs et encadreurs d’un championnat supposé professionnel est méprisant. Pire, c’est un aveu d’échec des dirigeants de la Fécafoot.

« Que Samuel Eto’o comprenne que si on venait à reprendre le championnat, les joueurs auraient besoin des équipements. D’autres ont besoin d’argent parce que la plupart des clubs ne respectent plus leurs engagements envers les joueurs. On n’aide pas un joueur avec deux ou trois kilos de riz. C’est plutôt de l’insulte envers les footballeurs. Je pense qu’Eto’o lui-même, quand il était à l’équipe nationale, n’acceptait pas certaines choses. S’il n’a pas voulu certaines choses, pourquoi aujourd’hui, il doit insulter ses petits-frères qui pratiquent le même football. Ceci permettra de comprendre facilement qu’au Cameroun, il n’y a pas de football professionnel Jojo (Joseph Antoine Bell) qui a dit qu’on est en train de former des voyous. C’est ce qui est en train de se prouver », a affirmé Achille Biakan.

Pour le manager général de Cask FC de Bafoussam, si quelqu’un souhaite un don aux footballeurs, il devrait copier l’exemple de Gérémi Njitap. L’encadreur pense que le président du syndicat des footballeurs pouvait aussi donner du riz aux footballeurs. Mais il a préféré donner des paires de godasses à tous les footballeurs.

 

Commentaires Facebook

0 commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer