Football

Mohamadou Dandjouma, président AFGN: « Nous voulons promouvoir la bonne pratique du football »

Pouvez-vous nous présenter l’association dont vous êtes le président ?

L’association des footballeurs du grand nord est une association à but non lucratif qui regroupe en son sein les anciens footballeurs et sympathisants des trois régions septentrionales. A sa création en 1998, l’association avait d’abord été baptisée amicale des footballeurs du grand Nord puis a pris la dénomination de association des footballeurs du Cameroun pour être ensuite rebaptisé en 2015 association des footballeurs du grand nord. L’AFGN a terminé la saison 2018 avec dans ses rangs 67 membres. La mission de notre association est d’être utile grâce au football notamment en développant l’esprit de fraternité, d’entraide entre les membres de l’amicales et d’autres associations sœurs.

Quels sont les objectifs de l’AFGN ?


En tant que association d’anciens joueurs ayant participé à l’essor du football dans le grand nord voir même au-delà pour certains de nos membres, l’AFGN a plusieurs objectifs parmi lesquels promouvoir la bonne pratique du football, participer au développement du football jeunes à travers l’organisations des tournois de football pour les jeunes footballeurs, participer à la formation des jeunes en les orientant vers la bonne pratique du football et développer chez eux l’esprit de fair-play et de civisme, former des jeunes encadreurs de football jeunes car L’AFGN compte parmi ses membres plusieurs entraîneurs nationaux de divers niveaux.

Comment devient-on membre de l’AFGN ?

Comme toute association organisée, pour être membre il faut remplir les conditions usuelles à savoir être parrainé par un membre, s’acquitter de ses frais d’adhésion, de ses cotisations sociales et mensuelles. Il faut également participer activement aux activités sportives et sociales de l’amicale. En étant membre de l’association, un ancien joueur se retrouve en famille car il retrouve d’anciens footballeurs qu’il a côtoyé durant la période où il était en activité mais qu’il a perdu de vue. Par ailleurs au sein de l’amicale nous avons développé l’esprit d’assistance financière et d’entraide lors des moments heureux ou malheureux qui surviendraient dans la vie de tout membre. Notre association est aussi un refuge pour ses anciens joueurs qui malgré leur retraite souhaite transmettre aux plus jeunes leur passion et rester en contact avec les stades.

Quels sont les projets de votre association pour l’année 2019 ?

Les projets de l’AFGN pour cette saison 2019 sont nombreux. Il y a deux semaines nous avons reçu à Garoua l’association des vétérans de Mokolo et nous envisageons recevoir au moins trois autres amicales sœurs à Garoua d’ici la fin de cette année et aller aussi à la rencontre de quelques amicales. Nous avons aussi en projet l’organisation d’un tournoi de football entre 6 amicales sœurs du grand nord et du sud, l’organisation d’un tournoi de football des jeunes entre des centres de formations et le renouvellement des survêtements de l’amicale.

Un nouvel Exécutif a été élus à la tête de la Fecafoot. En tant que anciens joueurs quelles sont vos attentes ?

Aboubakar Alim Konaté, premier vice-président de la Fecafoot est par ailleurs le président d’honneur de l’AFGN. Nous avons eu un échange avec lui et nous lui avons fait part de nos attentes en ce qui concernent notamment la réorganisation du football camerounais avec un accent sur la formation qui est la clé pour avoir des futurs champions qui peuvent être exploiter par nos représentants aux différentes compétitions africaines et nous ramener de bons résultats. Nous attendons aussi de la nouvelle équipe dirigeante un suivi rigoureux de nos équipes Nationales, toute catégorie confondue.

L’actualité c’est aussi l’affaire des salaires impayés des joueurs par certains club de ligue 1 et 2. Quel est votre commentaire à ce sujet en tant que joueur ?

Nous sommes tous indignés comme le reste des Camerounais amoureux du football. Comment pouvons-nous encore parler de professionnalisme lorsque des joueurs se retrouvent avec des arriérés de salaires ? Il faut que les clubs respectent leur engagement vis-à-vis des footballeurs à partir du moment où il s’agit d’un contrat de travail entre un employeur et le joueur. La contrepartie de ce travail c’est le salaire. Nous sommes d’anciens joueurs et nous ne pouvons pas accepter que des joueurs soient traité ainsi juste parce qu’ils veulent vivre leur passion. Il y’a lieu ici d’apprécier l’action du président du Synafoc, Géremie Njitap, pour avoir dénoncer ce problème dont s’est saisie ensuite la FIFA. Nous attendons les conclusions de la commission qui a été mise sur pied pour trouver des solutions tout en rappelant qu’il n’y a pas de football sans footballeurs.

Interview réalisée par Ebah Essongue Shabba

Commentaires Facebook

0 commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page