EtrangerFootball

Ces anciens footballeurs devenus des élus de leur pays

L’ex-attaquant du Tonnerre Kalara Club de Yaoundé, du PSG, du Milan AC, de Chelsea, de Monaco, de Marseille, George Weah, a remporté haut  la main la présidentielle du Liberia. Découvrez ses anciens footballeurs  ayant remporté des élections nationales.

George Weah (Liberia)

Après trois tentatives, George Weah a été élu président du Liberia. L’ex-attaquant du Tonnerre Kalara Club de Yaoundé, du PSG, du Milan AC, de Chelsea, de Monaco, de Marseille, George Weah, a remporté haut  la main la présidentielle du Liberia.


Hakan Sükür (Turquie)

Star de Galatasaray, le meilleur attaquant turc de l’histoire, Hakan Sükür devient député de l’AKP, le Parti de la justice et du développement d’Erdogan.

Romário (Brésil)

Champion du monde avec le Brésil en 1994, Romário Membre du Parti socialiste brésilien, il devient ensuite sénateur en 2014. Il fait notamment partie de la commission spéciale chargé de la procédure de destitution de la présidente Dilma Rousseff, pour maquillage des comptes publics.

Gianni Rivera (Italie)

S’il n’a porté que deux maillots au cours de sa carrière, ceux d’Alessandria et du Milan AC, Gianni Rivera a représenté bien plus d’écuries politiques. Après la Démocratie chrétienne, le Pacte Segni, l’Olivier, le Renouveau italien, les Démocrates, la Marguerite ou la Rose blanche, il oeuvre pour le Centre démocratique. Élu député pour la première fois en 1987, celui qui était un élégant milieu de terrain a notamment affronté Silvio Berlusconi, l’ex-président du Conseil italien et du Milan AC, pour un siège à la chambre basse en 2001. Un duel remporté par le roi du lifting.

Kakhaber Kaladze (Géorgie)

Comme George Weah et Gianni Rivera, Kakhaber Kaladze fait partie des anciens du Milan AC reconvertis en politique. Après une carrière perturbée par le kidnapping et l’exécution de son frère cadet, l’ex-défenseur obtient un siège de député au sein du Rêve géorgien, un parti d’opposition, en octobre 2012. Dans la foulée, il est nommé ministre de l’Énergie. Deux postes qu’il quitte l’été dernier, pour se lancer dans la course à la mairie de Tbilissi.

Oleg Blokhine (Ukraine)

Ballon d’or en 1975, l’ancien attaquant du Dynamo Kiev Oleg Blokhine devient député sous l’étiquette communiste à la fin des années 1990. Il est réélu pour un deuxième mandat consécutif alors qu’il poursuit une carrière d’entraîneur parallèlement. Parcours quasi identique mais fortune politique différente pour Andriy Shevchenko. Lui aussi Ballon d’or, lui aussi ex-attaquant du Dynamo Kiev et de l’Ukraine, lui aussi sélectionneur, “Sheva” se ramasse dans les urnes fin 2012. Son parti “Ukraine – En avant!” ne décroche pas le moindre siège au Parlement.

Marc Wilmots (Belgique)

En novembre 2002, le très offensif milieu belge Marc Wilmots annonce qu’il mettra un terme à sa carrière à la fin de la saison. Le joueur de Schalke 04 s’imagine même déjà aider son père Léon dans sa ferme de Dongelberg. Celui qui a également joué à Bordeaux change finalement d’idée puisqu’il sera élu au Sénat le 18 mai 2003, sous la bannière du Mouvement réformateur, un parti de centre-droit. Deux ans plus tard, Marc Wilmots souhaite revenir dans le monde du foot mais sa démission est refusée car son parti a épuisé son quota de suppléants. Le “cochon de guerre”, comme il était surnommé en Allemagne, décide d’arrêter de siéger tout en reversant ses indemnités à des oeuvres caritatives.

Commentaires Facebook

0 commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page