AfriqueFootballLigue des Champions

Minkreo Birwé : « Malgré la défaite nous rêvons grand”

Coton Sport perd une fois de plus pourtant après sa défaite au Maroc alors qu’on attendait la victoire, qu’est ce qui a fait la différence dans ce match?

Je dirai la maturité. Vous avez vu on a eu un adversaire qui a exploité les rares occasions qu’il a eu en les mettant au fond. Il a été efficace et a géré tranquillement le reste du temps. Une fois de plus on a été rattrapé par notre manque de maturé, pourtant dans le contenu on s’est mieux comporté par rapport au dernier match, on a eu la possession de balle mais on n’a pas pu marquer les buts qu’il nous fallait.

Avant ce match vous vous plaignez de ne pas avoir des latéraux de métier, c’est peut-être aussi ce qui vous a manqué dans ce match…


Non. Moi je ne peux en vouloir personnellement à ses enfants, ils donnent ce qu’ils peuvent, ils se sont battus. Pitroipa par exemple à droite il a fait un très bon match à mon sens, Yampili également, mais bon ils ne peuvent pas faire au-delà de ce qu’il faut donner et donc une fois de plus il est question pour nous d’équilibrer cette équipe en mettant les joueurs qu’il faut aux postes qu’il faut.

Dans deux semaines vous affrontez la Zanaco à Lusaka, est-ce que ces deux défaites consécutives n’effritent pas un peu en vous l’espoir d’une qualification pour les ¼ de finale ?

Tant qu’il y a des points à gagner il y a espoir. Nous prenons la mesure de la difficulté qu’il y a c’est à nous maintenant de nous mettre au travail pour arracher ses points. Donc tant qu’il y a espoir on va aller chercher les points et même si on n’y arrive pas on aura au moins appris beaucoup de choses. Je pense qu’au fil des matchs, dans le contenu le match d’aujourd’hui est différent de celui contre le Wydad, je suis sûr que les matchs à venir seront encore davantage meilleurs et au bout du compte même si on n’y arrive pas je voudrai quand même dire qu’on en sortira grandi. Je voudrai aussi qu’on tienne compte du fait que cela fait trois ans que l’équipe n’était pas arriver à ce stade de la compétition avec un groupe qui pratiquement est à sa première expérience à ce niveau nous rêvons grand mais la réalité est tout autre. L’espoir à lui seul ne suffit pas, maintenant il faut avoir les moyens de nos rêves.

Propos recueillis par Ebah Essongue Shabba

 

Commentaires Facebook

0 commentaires

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page