A La UneEtrangerFootballFrance

Ligue 1 : OL-Lille : Bedimo veut redevenir “Bédimonstre”

Auteur d’un exercice remarquable la saison passée, le Camerounais Henri Bedimo, qui affronte Lille avec Lyon ce dimanche (17h), se rapproche de son meilleur niveau.
Dimanche contre Lille, Henri Bedimo devrait disputer le premier match de sa saison en intégralité. De retour de blessure le 21 septembre à Paris (1-1), il n’avait disputé que le dernier quart d’heure. Titulaire ensuite devant Lorient (4-0) et à Nantes (1-1), il avait respectivement tenu 60 puis 78 minutes avant de céder sa place. Car le latéral n’entendait certainement pas cette fois précipiter les choses. Le 7 août, Hubert Fournier et son staff l’avaient fortement incité à revenir pour jouer contre le Mlada Boleslav (2-1) : en dépit d’une préparation tronquée après un retour tardif consécutif à sa participation à la Coupe du monde, l’ancien montpelliérain n’avait pas su dire non. Résultat des courses : une déchirure à la cuisse dès la 35ème minute et un mois et demi d’absence. “J’ai certainement puisé trop tôt dans mes réserves, nous a-t-il confié. Je m’en suis voulu parce que je ne me suis pas suffisamment écouté, je n’ai pas su dire stop. Je pensais je pourrais gérer mes efforts, sauf que j’en suis incapable quand je suis sur un terrain!” Une cheville douloureuse en fin d’exercice Lyon le sait depuis l’an dernier : sur un nuage d’octobre à mars, Henri Bedimo avait été désigné par la plupart des spécialistes comme l’un des deux meilleurs lyonnais – avec Alexandre Lacazette- de la saison précédente. Pour saluer son activité sur le flanc gauche, les supporters rhôdaniens l’avaient même surnommé “Bédimonstre”. Impressionnant défensivement, auteur de neuf passes décisives toutes compétitions confondues, il avait même marqué en mars à Bordeaux lors d’une mémorable victoire de l’OL dans le temps additionnel (2-1) : “Ce but, je m’en souviendrai! Il est rare mais inoubliable! En revanche,, sur cette action, je prends un coup sur la cheville droite et celle-ci m’a ensuite fait souffrir jusqu’à la fin du championnat…”
D’où des prestations moins accomplies de sa part lors du sprint final. Ce qui explique peut-être aussi pourquoi Volter Finke, le sélectionneur du Cameroun au mondial, lui avait préféré Benoît Assou-Ekoko lors des deux premiers matchs des Lions Indomptables au Brésil. Un choix que l’intéressé n’a toujours pas compris : “Le sélectionneur lui-même ne sait pas réellement pourquoi il ne m’a pas fait jouer. C’est tout ce que je peux dire à ce sujet…” Cinquième meilleur passeur de L1 la saison passée Une expérience de plus à mettre à l’actif de ce défenseur de 30 ans, l’un des trois champions de France (avec Gourcuff et Jallet) de l’effectif actuel de l’Olympique Lyonnais: “C’est un défenseur qui a un parcours riche, insiste Hubert Fournier. Il peut être porteur d’un certain calme, notamment avec les jeunes.” Les attaquants attendent surtout ses centres décisifs, lui qui avait fini cinquième meilleur passeur de Ligue 1 (derrière James, Ibrahimovic, Lucas et Sertic) la saison passée avec huit offrandes.

“Je sais que je suis attendu et cela me plaît, mais je reste tributaire du collectif.” Pour l’instant, son compteur de passe décisive reste bloqué à zéro mais il n’est pas l’heure de s’affoler pour lui : en 2013-2014, il n’avait signé son premier caviar que le 27 octobre. Une passe décisive ce dimanche contre Lille et on ne sera pas loin de reparler de “Bédimonstre”.


Commentaires Facebook

0 commentaires

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page